X FERMER

NAVIGATION

ACTUALITÉS
Rencontre - Etre acteur de l'economie circulaire au travers des competences communales - 9 decembre 2021 Rencontre - S engager dans une demarche 0 phyto : terrains sportifs et cimetieres le 22 nov 2021 RENCONTRE - LA MOBILITE DURABLE EN MILIEU RURAL RENCONTRE - LES NOUVELLES FORMES D'HABITER EN MILIEU RURAL RENCONTRE - LORSQUE LA SANTE S'INVITE DANS LES PROJETS COLLECTIFS #3 CYCLE D'APPROPRIATION DES OBJECTIFS DE DEVELOPPEMENT DURABLE (26.01.21) #2 CYCLE D'APPROPRIATION DES OBJECTIFS DE DEVELOPPEMENT DURABLE (14.01.21) RETOUR sur le WEBINAIRE - Fonds Chaleur ADEME Nouvelle fiche experience ! Une charte de participation pour ameliorer la citoyennete des decisions DEFI - 1 Arbre, 1 Mayennais - du CD53
LE RÉSEAU
Que propose le Reseau ? Qui compose le reseau ? Comment adherer au Reseau ? Chiffres clés 2021 Nous contacter
LES ACTIVITÉS
Des activités à la carte CYCLE " FAVORISER L'IMPLICATION CITOYENNE" Les activités à venir Retours sur les rencontres... L'aide au défrichage
LES PARTENAIRES
Les partenaires du Réseau des collectivités

Matériaux bio-sourcés dans les bâtiments publics

Chemeré-le-Roi (53340)

GÉOLOCALISER CETTE ACTION
En 2015, deux batiments communaux habitant notamment la Mairie de Chéméré-le-Roi étaient chauffés par une vieille chaudière au fioul qu'il était nécessaire de changer,  c'est à cette occasion qu'une réflexion est menée sur ces batiments et leur efficacité énergétique. Il est donc décidé de rénover en grande partie le bâtiment. La chaudière a donc été remplacée par une chaudière à bois granulé, et l'isolation du bâtiment refaite avec un matériau biosourcé.

L'ORIGINE DE L'ACTION

Le mauvais fonctionnement de la chaudière à fioul, qui alimentait deux bâtiments dont la mairie,  a été l'élément déclencheur, après 35 ans de bons et loyaux services il était nécessaire de la changer. A ensuite commencé une réflexion sur les bâtiments en 2015, le changement du mode de chauffage était l'occasion d'améliorer significativement les performances énergétiques du bâtiment.  La commune réfléchissait aussi à l'affectation d'une partie du batiment laissée vide par le départ du syndicat d'eau et de la salle des associations vers un autre bâtiment. L'affection des trois pièces pour l'école avec une salle de classe, un dortoir et une cantine à l'étage a donc été décidée.  S'inscrivant dans la continuité de ses projets mus par une démarche de développement durable, la commune a porté un soin particulier sur la cohérence énergétique du bâtiment ainsi que sur le choix de matériaux biosourcés. Les travaux ont ensuite démarrés en 2016.

LA DÉMARCHE

Lorsqu'on change le mode de chauffage d'un bâtiment, il est intéressant de mener une réflexion globale du bâtiment afin d'optimiser les performances énergétiques de ce dernier. Cela offrait aussi de bénéficier d'aides de la part du GAL Sud Mayenne en atteignant le seuil de plus de 50% d'économies d’énergie. La commune avait déjà intégré une chaudière à bois granulé pour le chauffage de la salle des fêtes il y a quelques années, le choix s'est donc naturellement porté vers une chaudière de la même nature. Le choix de l'isolant biofib' a ensuite été proposé par le CEP du GAL Sud-Mayenne. Outre les très bonnes performances de ce type de matériau (certifié ACERMI), le choix d'un matériau bio produit en France avec des matières premières renouvelables (chanvre et lin), faisait sens pour une commune s'inscrivant dans une démarche de développement durable. Dimension chère à la collectivité qui a aussi inclus au projet l'installation de panneaux photovoltaïques, dont une partie de la production est autoconsommée.
La chaudière à bois granulé étant très vite été choisie, la réflexion a d'abord porté sur une rénovation extérieure des murs, qui a rapidement été avortée par l'avis de l'architecte des bâtiments de France, une rénovation intérieure des murs à donc été prévue. Les fenêtres ayant été changées quelques années auparavant, il n'y avait pas besoin de le faire une nouvelle fois. Pour la toiture, la méthode d'isolation thermique du toit par l'extérieur du sarking a été choisie, permettant de supprimer les ponts thermiques de la toiture, de garantir une étanchéité à l'air de grande qualité et ainsi tendre vers une haute performance énergétique. L'assistance du GAL Sud Mayenne et notamment de son Conseiller en Energie Partagée (CEP) ainsi que d'un architecte familiarisé à ces notions, a permis de mûrir le projet et de réaliser un cahier des charges comportant toutes les exigences de la collectivité, ceci a notamment permit d'inscrire dès le début les attentes en termes de matériaux biosourcés.

Les travaux ont ensuite débuté en 2016, la mairie étant toujours en fonctionnement il a fallu travailler pièces par pièces en transférant la mairie entre ces dernières, posant quelques problèmes d'organisation (coupures d'électricité, de chauffage).
L'isolation de la toiture par la méthode du sarking permettait de garder la belle charpente en apparence et d’avoir une bonne étanchéité à l’air. Il a fallu pour cela retirer toute la toiture, en ne gardant que la grosse charpente, qui a ensuite été recouverte de douglas et de polyuréthane, puis tout remonter. Ce qui a permis de poser l'isolant sur les chevrons et d'effectuer une isolation totale sans ponts thermiques. Un soin particulier a été attaché à la pose de la membrane d’étanchéité à hygrométrie variable, ainsi qu’aux différents endroits où l’étanchéité aurait pu être compromise, les prises de courant par exemple. 

PRÉCONISATIONS

Il est impératif de bien étudier l’avant-projet, afin d’identifier précisément les enjeux, les contraintes et d’en déterminer les besoins du projet et les inscrire dans le cahier des charges. Il est ensuite plus simple de les faire appliquer. Il ne faut donc pas hésiter à se faire accompagner par un expert, par exemple les CEP et/ou les architectes ayant les connaissances en la matière.
Il est aussi indispensable de suivre le plus souvent possible les travaux afin de faire bien faire respecter le cahier des charges, en cas de non-respect de ce dernier il ne faut pas hésiter à faire refaire avant qu’il ne soit trop tard. 

ET MAINTENANT ?

Une fois les travaux terminés la commune a cherché à partager avec les personnes intéressées cette réalisation : un article est paru au bulletin communal, des réunions sur les matériaux biosourcés ont été organisées à la mairie. L’idée est de faire connaitre cette démarche encore novatrice et promouvoir le développement durable auprès des citoyens. La mairie doit être exemplaire et montrer le chemin à suivre en matière de transition.
Après quelques années d’utilisation dans ces nouveaux bâtiments les retours sont très positifs, les bâtiments réalisent de très bonnes performances énergétiques avec 60 à 65% d’économies, l’étanchéité à l’air est de bonne qualité (déperdition d’un format A4 sur le bâtiment après études) ce qui se traduit par une qualité de l’air de grande qualité. Les occupants jouissent d’un confort non négligeable, y compris l’été où la température est bien plus agréable. La rénovation a aussi été l’occasion d’installer de nouveaux éclairages LED améliorant la qualité lumineuse et la consommation énergétique.
Il est nécessaire de souligner quelques points qui ont pu poser quelques difficultés, notamment le fait que les entreprises n’ont pas l’habitude de travailler avec ce genre de matériaux et ont donc une plus faible flexibilité, ceci peut donc entrainer des surcoûts. Par exemple ici, la quantité nécessaire d’isolant était de 3,5 palettes, mais comme l’entreprise ne travaillait pas avec le matériau, un surcoût d’une demi-palette a été engendré.
Une mauvaise connaissance peut aussi engendrer l’utilisation de matériel non adapté, il est par exemple préférable que la membrane d’étanchéité à l’air soit à hygrométrie variable, l’entreprise n’en avait pas connaissance a failli poser une membrane simple. 

INFORMATIONS PRATIQUES

Élu ou agent référent |

Landelle Jean-Luc, maire

Contact |

le-maire.chemere@orange.fr ; 02.43.98.68.88

Maîtrise d'ouvrage |

Chemeré-le-Roi

Page mise à jour le 12/01/2015